Le Cercle des Ornais de Paris

Ce Cercle a pour dessein de constituer sur la place parisienne un véritable réseau d’influence et d’excellence au bénéfice de l’Orne et des Ornais.

Anne Revel-Bertrand, la mise en scène ou l’art de la vie

Journaliste, réalisatrice, metteur scène, Anne Revel-Bertrand affiche une expérience professionnelle luxuriante. Elle présente actuellement, à Paris et dans l’Orne, une pièce d’Octave Mirbeau qu’elle a adapté et mise en scène.

Quand Anne Revel-Bertrand souhaite une chose, elle y met toute sa passion. La création en mars 2012 de sa Compagnie en est l’exemple. « La direction d’acteur est un travail exigeant, qui associe art de la scène et psychologie. Et dont la profondeur se sculpte avec le temps puis s’enrichit avec le public. ». Les «Souvenirs d’un pauvre diable », d’Octave Mirbeau (« Les affaires sont les affaires », « Journal d’une femme de chambre »,…) a tout de suite séduit Anne Revel-Bertrand. Son adaptation, inédite au théâtre, fut au printemps, un succès à Paris. Elle y est reprise à partir du 25 Octobre, et pour deux mois, au Théâtre du Marais. Et une représentation exceptionnelle a lieu le 22 Novembre à Alençon l

Rémalard, le berceau de sa famille

Si Anne Revel-Bertrand choisit Octave Mirbeau, cet auteur visionnaire, leur point d’attache commun qu’est Rémalard y est pour quelque chose. « Mon arrière-grand-père a connu Mirbeau », explique-t-elle.

Elle hérite à 21 ans, de sa grand-tante maternelle, Marie Bertrand, elle-même artiste photographe (sa collection de plaques photographiques visibles en relief grâce au stéréoscope en témoigne), de la maison de Rémalard, dans laquelle elle a ses plus beaux souvenirs d’enfance. Depuis, Anne Revel-Bertrand vit à Rémalard la moitié de l’année. Très impliquée dans la vie locale, elle est membre du conseil municipal et a activement participé à la rédaction de la charte du Parc Naturel du Perche.

L’écriture et le reportage

Anne Revel-Bertrand, à l’instar de Mirbeau, découvre Paris lors de ses études de philosophie et de psychologie à la Sorbonne. La presse écrite s’offre très vite à elle : « A 25 ans, j’avais écrit contes, romans, nouvelles, pièces de théâtre ». Le Prix France culture l’a récompensée pour une pièce adaptée de son premier recueil de poèmes « Si les lumières s’éteignent ».

France Inter puis TF1 l’accueillent ensuite. Anne Revel-Bertrand participe à plusieurs émissions, réalise des reportages sur de nombreux sujets de société dans toute la France, et des documentaires sur l’Art et la Musique. En outre, pendant trois ans, elle couvre l’Afrique et le Moyen-Orient, et en particulier la guerre Iran-Irak, en qualité de grand reporter.

La musique et l’image

Anne Revel-Bertrand allie ensuite, à travers la comédie musicale, deux de ses passions, la réalisation cinématographique et la musique : « Mes nombreux aller-retour à Londres et à New-York, temples de la comédie musicale, m’ont confirmé dans ce choix». Anne Revel-Bertrand réalise ainsi, pour le prime time, cinq longs métrages pour TF1.

Elle tourne également de nombreux films institutionnels, couronnés par trois grands prix au festival de Biarritz, met en scène une dizaine de pièces de théâtre sur les scènes parisiennes et enseigne le cinéma en master class en France, en Chine et en Afrique.

« Etudiez comme si vous deviez vivre toujours ; Vivez comme si vous deviez mourir demain. » (Saint Isodore de Séville). Telle est la devise d’Anne Revel-Bertrand.

 

©Aprim/Guilaine Barré